Premier cycle

Baccalauréat en biologie en apprentissage par problèmes

Ce programme s’articule autour de la biologie de l’environnement et de la biodiversité. Durant les deux premières années, l’étudiant acquiert des connaissances sur les êtres vivants et leur diversité; les différents niveaux d’organisation, de la molécule à l’écosystème; et les interactions environnementales de nature abiotique et biotique. La troisième année permet une spécialisation dans l’un des trois profils suivants : biologie moléculaire et biotechnologie; écologie; et toxicologie et santé environnementale.

La formation en biologie donne accès à différents domaines – pharmaceutique, biomédical, biotechnologique, agroalimentaire ou environnemental – ainsi qu’à des environnements de travail très diversifiés, allant des milieux naturels aux laboratoires industriels, en passant par les ministères et les établissements d’enseignement.

Pour en savoir plus sur le programme

Apprentissage par problèmes
Le baccalauréat en biologie est dispensé avec l’approche “Apprentissage par problèmes”.

L’APP met l’accent sur l’apprentissage actif des étudiants. Ce système vise moins le cumul de connaissances que la maîtrise des connaissances et habilités de base jugées essentielles dans le contexte de la pratique.

À partir d’un problème ou d’une situation réelle tirée de la pratique, que nous appelons PROSIT, l’étudiant doit d’abord faire appel aux connaissances qu’il a apprises antérieurement; le PROSIT sert ensuite de support à l’apprentissage d’une nouvelle matière.

Une force majeure du système APP est de permettre une adaptation à une réalité professionnelle en mutation rapide. Cette adaptation nécessite des habilités de communication, de travail en équipe, de raisonnement critique, d’approche logique et analytique, de prise de décision et d’auto-évaluation.

D’autre part, le système APP vise un développement progressif de l’autonomie. L’étudiant a une part de responsabilité importante pour déterminer ce qu’il doit étudier et la façon dont il le fera; il joue un rôle actif dans son apprentissage. Il s’agit d’une transition importante par rapport au système traditionnel auquel les étudiants ont été confrontés pendant la plus grande partie de leurs études. Cette transition se reflète dans le programme d’étude lui-même et dans la façon dont se déroule un trimestre typique.

Le fonctionnement du système APP repose sur la formation de petits groupes de 12 étudiants encadrés par un professeur tuteur.

Chaque unité (cours sous forme APP) qui compose un trimestre comporte un certain nombre de PROSITs. Chaque groupe abordera ces PROSITs avec l’assistance du professeur-tuteur, dont le rôle est d’aider les étudiants dans leur démarche d’apprentissage, autant sur le plan de l’atteinte des objectifs de connaissances que des objectifs relevant de l’interaction entre étudiants.

Ces rencontres autour de PROSITs sont dénommées “tutorats”.

Choix de spécialisation en 3e année

Biologie moléculaire et biotechnologie


Les études scientifiques se sont longtemps résumées à rapporter des observations macroscopiques. Depuis peu, l’homme a graduellement développé les outils nécessaires pour faire des analyses de plus en plus fines de façon à expliquer et comprendre les choses qui l’entourent. Ceci a particulièrement été appliqué pour l’étude des organismes vivants.

Un peu plus de cinquante années se sont maintenant écoulées depuis l’élucidation de la structure de l’ADN, le matériel génétique à la base de la vie.
Les chercheurs ont depuis lors appris à manipuler l’ADN et à modifier génétiquement plusieurs organismes.

La biologie moléculaire et les biotechnologies offrent des possibilités quasi illimitées pour étudier, comprendre et améliorer les espèces microbiennes, végétales et animales. Longtemps restreintes aux « rats de laboratoire », ces disciplines sont maintenant incontournables dans la plupart des programmes de recherche visant à expliquer des événements au niveau moléculaire. La biologie moléculaire allie entre autres biologie cellulaire, biochimie et physiologie, avec un support essentiel de la bioinformatique. Cette synthèse des disciplines et niveaux d’étude offre la possibilité de comprendre les différents aspects reliés à une problématique biologique et offre la possibilité de tester des hypothèses et trouver des solutions à tout ce qui touche la vie. La biologie moléculaire s’est donc développée dans les différents programmes de recherche en écologie, toxicologie, sciences biomédicales et sciences végétales du Département des sciences biologiques.

Écologie


Changements climatiques, espèces envahissantes, espèces menacées de disparaître, déforestation, bloom d’algues bleues… Vous en avez sûrement entendu parler dans les média. Si vous êtes intéressé par ces enjeux, choisissez la spécialisation Écologie du baccalauréat en biologie de l’UQAM. Vous serez en contact avec une équipe de 21 professeurs, le plus gros regroupement d’écologie au Québec.

Les écologistes se passionnent pour la découverte du fonctionnement de systèmes complexes à différentes échelles spatiales (de microscopique à planétaire) et temporelles (de quelques semaines à quelques millénaires). Votre apprentissage sera concret et portera sur les avancées les plus récentes en écologie comportementale, évolutive, des communautés ou des écosystèmes. Vous serez amenés à approfondir vos connaissances sur les enjeux de société concernant la conservation des espèces et d’habitats, la gestion des populations et des forêts et les solutions apportées par les scientifiques.

Notre spécialisation en Écologie est aussi la seule au Québec à intégrer un séjour de 5 semaines sur le terrain, dans les forêts et sur les lacs de notre station de recherche de St-Michel-des-Saints. Vous y réaliserez un projet de recherche scientifique en équipe sur un sujet de votre choix.

Toxicologie et santé environnementale


La toxicologie est un domaine multidisciplinaire qui allie énormément d’expertises. Parmi les toxicologues, ils y a ceux qui portent des bottes de pluie et des pantalons de pêcheurs et dont l’outil de travail est le filet, d’autres portent des sarreaux et leur outil est la pipette, d’autres encore ne se distinguent par aucune tenue vestimentaire particulière et leur principal outil de travail demeure l’ordinateur. Certains travaillent avec des écologistes, d’autres manient habilement la biologie cellulaire ou la biologie moléculaire, d’autres encore épluchent rapports et articles afin d’utiliser les données générées par les chercheurs de terrain ou de laboratoire.

Tous travaillent à protéger l’environnement, la faune et la flore et l’humain des risques que pose la présence de substances potentiellement toxiques. Des toxicologues caractérisent les effets et en cherchent la cause (sur le terrain comme en laboratoire), d’autres se spécialisent pour mieux comprendre le comment des effets observés (surtout en laboratoire), les autres permettent de mieux gérer le risque afin de prévenir l’atteinte toxique. Une des spécialisations de la toxicologie en émergence est la compréhension des effets nuisibles pouvant résulter d’une exposition à un mélange de substances, polluants et/ou médicaments. Les efforts de chacun permettent ultimement de raffiner les normes et réglementations.

Le toxicologue étudie les effets toxiques (de plus en plus subtils) pouvant porter atteinte à l’intégrité d’une cellule, d’une fonction physiologique, d’une population (humaine, animale ou végétale) ou d’un écosystème. Ainsi la toxicologie touche tous les niveaux d’organisation du vivant et utilise les outils à la fine pointe de la technologie propre à chaque spécialité, de la génétique et biologie cellulaire à la dynamique des populations et à l’écologie.

En savoir plus sur le Baccalauréat en biologie en apprentissage par problèmes

Baccalauréat en sciences naturelles appliquées à l’environnement

Ce programme vise avant tout à offrir : (1) une formation en sciences naturelles pouvant être mise en application dans la résolution de problèmes environnementaux et engendrer une évolution vers des pratiques plus respectueuses de l’environnement; et (2) une formation spécifique en sciences de l’environnement, permettant aux étudiants de porter un regard global sur les enjeux environnementaux et les interrelations entre les composantes des milieux naturels, ainsi que de développer une capacité d’innovation face à ces enjeux. Les objectifs sont :

  • Développer une compréhension systémique des enjeux environnementaux et des interrelations entre les composantes des milieux naturels;
  • Connaître les dynamiques naturelles générales et l’impact des perturbations liées aux activités humaines;
  • Acquérir une formation disciplinaire en sciences naturelles pouvant être mise à profit dans l’analyse de problématiques environnementales;
  • Initier aux notions de gouvernance et de politiques environnementales;
  • Développer les compétences et les habiletés pratiques appropriées par des activités d’apprentissage individuelles et collectives.

En savoir plus sur le Baccalauréat en sciences naturelles appliquées à l’environnement

Certificat en écologie

Le programme vise à fournir une formation de base dans le domaine de l’écologie, par l’acquisition des notions de biologie nécessaires à la compréhension de la dynamique des écosystèmes et par l’accès aux travaux scientifiques consacrés à l’écologie et à la production biologique.

Les cours permettent, selon le cas, un apprentissage des principales techniques utilisées en écologie terrestre, aquatique ou agro-alimentaire et une étude des liens entre la production biologique et l’écosystème exploité. Le cours Méthode de terrain en écologie, d’une durée de deux semaines, se déroule à la station écologique La Huardière à Saint-Michel-des-Saints.

Le programme s’adresse à ceux qui, déjà engagés sur le marché du travail, désirent acquérir des connaissances en écologie pour des raisons professionnelles ou culturelles, ainsi qu’à ceux qui veulent s’impliquer dans l’utilisation rationnelle et la conservation des ressources renouvelables.

En savoir plus sur Certificat en écologie

Département des sciences biologiques

Le Département des sciences biologiques de l’UQAM est l’un des départements les plus dynamiques au Canada, profitant d’un des plus haut taux de subventions de recherche. La plupart de ses chercheurs sont regroupés au sein d’équipes de recherche de pointe en écologie, santé environnementale et toxicologie, et biotechnologies.

Suivez-nous

Coordonnées

Département des sciences biologiques
Local SB-R860
141, Avenue du Président-Kennedy
Montréal (Québec) H2X 1Y4