Tatiana Scorza

Élucidation des mécanismes régulateurs perturbés par les stress oxydatif chez les cellules du système immunitaire (collaborateurs: Drs A. Jardim et M. Olivier, Université McGill)

Un des volets de recherche de Tatiana Scorza cible les effets des oxydantes biologiques dérivées du métabolisme de fer sur l’activation des cellules T et B pendant les infections par Plasmodium. L’ingestion des globules rouges parasités, riches en hemozoïne et hémoglobine, est impliquée dans l’induction du stress oxydatif chez les macrophages. Ce stress amène à des changements dans les profils régulateurs des macrophages qui peuvent induire l’immunosuppression ou des changements dans les types de réponses générées chez les cellules T et B.  Des techniques diverses sont utilisées pour purifier les cellules et caractériser les mécanismes moléculaires impliqués dans l’évasion de la réponse immunitaire par Plasmodium. Un intérêt particulier est donné à des voies de signalisation amenant à la production d’IL-12 par les macrophages et impliquées dans la production d’IL-2, IFN-g, IL-10 et IL-4 par les cellules TH1 et TH2, respectivement.

Identification d’antigènes capables de conférer une immunité protectrice croisée contre des infections par des souches et isolats différents de Plasmodium

Ce deuxième volet de recherche est développé dans le laboratoire de T. Scorza en collaboration avec le Dr. T. Spithill (Université McGill). Une génothèque de Plasmodium c. adami a été crée pour identifier des nouveaux antigènes capables de protéger contre l’infection par des sous-espèces et souches différentes de Plasmodium. La vaccination par ADN permet l’utilisation des vaccins multivalents, contenants des centaines de séquences génomiques de Plasmodium. L’intérêt des Drs Scorza et Spithill est l’identification des antigènes de surface conservés et reconnus par des anticorps opsonisants.

Caractérisation des composants naturels ayant la capacité de diminuer les états d’inflammation chronique ou aiguë (collaborateurs: Dr. Lucie Lamontagne et DNP Canada Inc.)

Un troisième volet de recherche dans le laboratoire de T. Scorza s’intéresse à l’évaluation des nouveaux composés naturels dérivés des crustacés (chitosane), capables de contrevenir des inflammations diverses (mucose intestinale, des articulations et autres). Des travaux préliminaires conjoints entre DNP Canada Inc et Dr Lamontagne ont montré que les dérivés de chitosane de faibles PM possédaient des propriétés anti-inflammatoires et augmentaient les cytokines anti-inflammatoires. A l’aide de différents modèles animaux, cette nouvelle collaboration vise à court terme de diversifier les préparations de dérivés de chitosane en fonction des utilisations désirées et de déterminer les mécanismes d’action au niveau de la régulation des cytokines et des adipokines autant dans des modèles murins et chez la volaille.