Laliberté, Sylvie

La régulation du développement des cellules végétales in vitro est un phénomène complexe, qui met en cause à la fois leurs caractéristiques intrinsèques et leur interaction avec l’environnement cultural.

Le programme de recherche vise à étudier les processus impliqués chez les conifères, au niveau de l’induction de la division, l’expression du potentiel embryogène et l’orientation du patron morphogénétique. Les systèmes expérimentaux sont constitués de suspensions cellulaires, de protoplastes et d’embryons somatiques de Mélèze hybride (Larix x eurolepis). Je m’intéresse particulièrement à l’interaction entre la réponse des cellules et des facteurs tels que la plasticité de la quantité absolue d’ADN nucléaire, l’évolution du cycle cellulaire, la modulation de l’ADN répétitif et celle du pH intracellulaire.

Ces facteurs constituent des éléments clés de la compréhension des mécanismes en jeu. Par exemple, le contrôle du développement dépend de la régulation temporelle et spatiale des divisions, la position des cellules dans les différentes phases du cycle détermine leur entrée en division active, leur quiescence, ou leur différenciation, et le pH intracellulaire intervient au niveau de cette cinétique cellulaire. Quant à la plasticité de l’ADN, particulièrement dans les séquences répétitives, elle est en étroite relation avec les stimuli environnementaux et développementaux.

Bien que l’importance générale de ces différents aspects soit connue, on en sait encore fort peu sur leurs processus et leur interaction au cours du déroulement de la morphogenèse in vitro chez les plantes. Au niveau appliqué, l’amélioration de nos connaissances sur ces aspects contribuera à optimiser les conditions de culture de systèmes in vitro chez les plantes