Pierre Drapeau

Relations "faune – habitat" en milieu forestier

Les conditions d’habitat comptent parmi les plus importants facteurs écologiques responsables de la distribution des communautés animales et des populations d’espèces dans les écosystèmes forestiers. Nos recherches visent à comprendre la distribution de la faune au sein des différents habitats constitutifs des mosaïques forestières en forêt boréale. Elles reposent sur l’étude des relations entre les caractéristiques locales des habitats (type de peuplement forestier, structure verticale et horizontale de la végétation, volume et densité des arbres morts) et la distribution des espèces, des groupes fonctionnels d’espèces et des communautés animales. Bien que les petits mammifères et les insectes ont été abordés dans divers projets rattachés à cet axe de recherche ce sont principalement les oiseaux forestiers qui y sont abordés. Les travaux sur le terrain se font dans des forêts qui sont sous l’influence d’un régime de perturbations naturelles (feux et épidémies d’insectes) de même que dans des forêts aménagées.

Effets de la structure des paysages sur la distribution de la faune

Cet axe de recherche est en continuité avec le premier. Il est, en effet, de plus en plus reconnu que l’utilisation des habitats par la faune ne repose pas uniquement sur des facteurs écologiques qui ont cours à des échelles locales. La composition et la configuration des habitats adjacents peuvent influencer la présence et l’abondance des espèces animales dans des conditions données d’habitat. À l’échelle des mosaïques forestières, l’évaluation des effets cumulatifs des perturbations naturelles et humaines sur la faune repose donc sur une prise en considération des composantes du paysage. Les paysages forestiers boréaux ont historiquement été modifiés sur de grands territoires par des perturbations naturelles comme les feux et les épidémies d’insectes. Toutefois au cours des dernières décennies, l’exploitation industrielle des ressources ligneuses est devenue dans plusieurs régions de la forêt boréale la perturbation dominante. Cette recherche vise à évaluer comment l’aménagement forestier se distingue des perturbations naturelles quant à la réponse de la faune aux changements de composition et de configuration des mosaïques forestières de la forêt boréale. Les travaux sur le terrain se font à la fois en zone de pessière à mousse ainsi qu’en forêt boréale mixte. Cette recherche est menée en collaboration avec les chercheurs du Réseau sur la Gestion Durable des Forêts (RGDF) qui regroupe des intervenants de diverses universités canadiennes.

lntégration de la faune à l’aménagement des écosystèmes forestiers

Traditionnellement, l’aménagement forestier a avant tout été centré sur une seule préoccupation, soit l’approvisionnement en bois. Les récents développements en matière d’aménagement durable des forêts, où l’ensemble des composantes et des usages des écosystèmes forestiers doivent être pris en considération, entraînent toutefois un changement significatif des pratiques forestières. Cet axe de recherche met l’accent sur l’intégration des connaissances acquises quant aux facteurs écologiques responsables de la distribution de la faune dans le processus d’aménagement du territoire forestier ainsi que de la planification des opérations forestières. En s’inspirant des principes et des valeurs exprimés par le Conseil canadien des ministres des forêts en matière de critères et indicateurs de l’aménagement durable des forêts, cet axe de recherche vise à développer des approches et des outils d’aménagement forestier durable qui seront applicables à l’échelle des territoires forestiers aménagés. Plus spécifiquement, nous visons à développer un outil d’évaluation écologique de la "diversité en espèces" dans les mosaïques forestières aménagées. Cet outil de gestion fait appel à la mise en commun de deux modules de connaissances : un module prévisionnel de la distribution de l’avifaune au sein des habitats forestiers, un module qui définit la diversité de la mosaïque forestière naturelle d’un territoire forestier. L’intégration de ces deux modules permettra de définir le portrait de la diversité en espèces de l’avifaune de la mosaïque forestière naturelle qui constitue la mosaïque de référence.