Lucie Lamontagne

Étude des mécanismes viro­immunologiques responsables de la persistance virale lors de maladies aiguës et chroniques induites par les coronavirus, les artérivirus et les circovirus

Les infections virales chroniques sont devenues un problème majeur depuis les dernières années, particulièrement à cause de maladies tels le SIDA, les hépatites et les maladies neurologiques comme la sclérose en plaques. Ces maladies sont complexes et l’identification des stratégies virales d’échappement des mécanismes de défense immunitaires est une des approches les plus importantes dans la compréhension de ces maladies et dans le développement de nouvelles thérapies par des moyens biotechnologiques. Le Dr Lamontagne a choisi, comme modèle animal d’étude, le virus de l’hépatite murine MHV de type 3 en raison de sa polyvalence et de sa capacité à induire des hépatites et des maladies neurologiques chroniques selon les composantes génétiques et immunitaires des diverses lignées murines. Grâce à ce modèle, son équipe a montré de nouvelles stratégies par lesquelles ce virus pouvait induire l’hépatite et des immunodéficiences cellulaires et fonctionnelles favorisant sa persistance et la maladie neurologique chronique subséquente. Les découvertes réalisées avec ce modèle ont servi de tremplin pour l’étude de d’autres infections virales animales dont, récemment, celles du virus du syndrome respiratoire et reproducteur du porc, responsable de pertes économiques importantes, et des circovirus porcins et aviaires qui induisent des infections chroniques au niveau des tissus immunitaires.

Développement de nouveaux produits immunostimulants ou anti-inflammatoires d’origine naturelle.

L’équipe du Dr Lamontagne s’est aussi intéressée aux propriétés immunomodulatrices de substances naturelles, telles que des dérivés du chitosane et de nouvelles souches de lactobacilles. En collaboration avec diverses entreprises, des travaux sont effectués afin de déterminer les mécanismes par lesquels ces produits naturels peuvent avoir des propriétés anti-inflammatoires,par exemple dans le cas d’ostéoarthrite chronique ou de maladie de Crohn, ou au contraire, rétablir ou stimuler les voies immunitaires intestinales, grâce à des substances dérivant de nouvelles souches de lactobacillles, autant chez l’humain que chez les animaux ou oiseaux d’intérêt vétérinaire.