Julie Lafond

Les échanges mère-foetus

Les mécanismes de transfert de nutriments entre le fœtus et la mère sont encore très mal connus et peu d'études leur sont consacrées. Le Dr Julie Lafond a caractérisé les membranes situées au centre du placenta humain, appelées membranes syncytiotrophoblastiques, qui constituent le site d'échanges entre la mère et le fœtus durant la grossesse. Elle étudie les mécanismes membranaires et hormonaux qui interviennent dans les transferts des nutriments.

Grâce à une technique qu'elle a mise au point il y a plusieurs années, il est maintenant possible d'avoir accès à deux types de membranes syncytiotrophoblastiques purifiées de placenta humain: la première fait face au fœtus (la membrane basale plasmiue BPM, Lafond et al., 1989) et la seconde est tournée vers le système maternel (la membrane de bordure de brosse BBM, Brunette et al. 1986). La porte est donc ouverte à la compréhension des trans­ferts entre la mère et le fœtus. Ces échanges sont d'une importance capitale pour le développement, la vitaité et la poursuite de la vie foetale.

Un de ces transferts, celui du calcium, est primordial pour la croissance normale du futur bébé. Un premier volet de la recherche porte sur le rôle possible des hormones calcémiantes dans l'apport de calcium au fœtus. Le Dr Lafond a émis l'hypothèse, selon laquelle c'est le fœtus lui-même qui régu­larise une partie de l'entrée calcique dans son propre système. Le Dr Lafond cherche à en comprendre la physio­logie membra­naire et intracellulaire. Son étude vise aussi à élucider les mécanismes membranaires (récepteurs, protéines G, canaux ioniques, transporteurs et canaux calciques et seconds messagers) et cellulaires (protéines, kinases, ERK, p38, CaBPs, etc.,) ce qui permettra une meilleure compréhension des transferts placentaires durant la vie fœtale ainsi que de certaines pathologies, telle que la prééclampsie, le diabète, les retards de croissance intra-utérins. Afin de répondre à toutes ces questions, l'équipe du Dr Lafond utilise des techniques de biochimie et de biologie moléculaire, tel que le HPLC, le RT-PCR, le realtime PCR, le clonage, etc.

Le Dr Lafond s'intéresse aussi aux pratiques alimentaires courantes des mères enceintes, et plus particulièrement aux lipides. De tous les nutriments transportés et métabolisés par le placenta, les lipides sont les moins connus, mais certainement pas les moins importants. La caractérisation du transport placentaire des lipides de la mère vers son fœtus par les cellules syncytiotrophoblastiques du métabolisme du cholestérol (enzymes impliqués) et de l'influence des lipoprotéines et de leurs récepteurs font également partie des projets de recherche du Dr Julie Lafond. Il existe actuellement très peu d'études sur la relation entre le métabolisme des lipides de la mère au cours de la grossesse et le développement de la masse adipeuse de son bébé.

Ces expériences menées auprès de femmes enceintes et des lapins visent essentiellement à établir une corrélation entre la grossesse et le développement de l'enfant ayant une masse adipeuse élevée au cours de la première année de vie extra-utérine. Le développement de cette masse adipeuse pourrait, dans certains processus gestationnels, mener à l'obésité juvénile ou adulte et, par conséquent, augmenter chez les individus affectés la probabilité d'avoir des problèmes de santé. Dans une société qui valorise de plus en plus la santé par une saine alimentation, les travaux du Dr Lafond sont de première importance.

De plus, l'équipe du Dr Lafond étudie chez les femmes enceintes, l'influence de contaminants provenant de l'alimentation maternelle sur les échanges placentaires et le développement fœtal. L'ensemble des travaux de l'équipe du Dr Lafond ont donc des composantes fondamentale et appli­quée en étudiant tant l'humain que l'animal.

Les projets sont subventionnés par les IRSC et le CRSNG.