Catherine Jumarie

Professeure

Téléphone : (514) 987-3000 poste 7680
Local : SB-2455
Langues : Français, Anglais
Informations générales

Unités de recherche

  • Centre de recherche en toxicologie de l'environnement (TOXEN)
Enseignement

Directions de thèses et mémoires

Thèses de doctorat
  • Pham, Thi Ngoc Diep (2005) Hepatotoxicity of Cadmium: Fundamental Studies of the Cellular Uptake, the Subcellular Localisation, and the Apoptosis in Primary Cultures of Rat Hepatocytes (Hépatotoxicité du cadmium: étude fondamentale du transport membranaire, de la distribution subcellulaire, et de l'apoptose dans des cultures primaires d'hépatocytes de rats). (Thèse de doctorat). Université du Québec à Montréal.
Mémoires

Intérêts de recherche

La contamination de l’environnement par les polluants industriels, dont les métaux lourds très toxiques, pose le problème crucial du risque d’absorption via la chaine alimentaire. Comment les métaux traversent les épithéliums, puis, une fois dans les tissus, comment ils affectent la fonction cellulaire sont nos grands thèmes d’étude. Nos travaux s’inscrive dans le domaine fondamental de la recherche en toxicologie et en santé humaine et en évaluation du risque.

Absorption du cadmium et autres métaux lourds chez l’humain

L’épithélium intestinal et pulmonaire sont les premières barrières biologiques devant être franchies par les métaux ingérés ou inhalés avant l’entrée dans la circulation sanguine: nous étudions chacune des étapes impliquées dans le passage du métal à travers les épithéliums. Nous évaluons l’effet de la forme chimique des métaux (la spéciation), sur les paramètres étudiés à l’aide de cultures cellulaires et de fractions subcellulaires. Les interactions entre métaux, toxiques (Cd, Hg, Pb) ou essentiels (Zn, Ca, Fe), sont aussi évaluées afin d’estimer les synergies de toxicité et les antagonismes possiblement responsables de malabsorption de nutriments essentiels.

Caractérisation des mécanismes de toxicité cellulaire

Nous étudions comment les métaux, à des doses sublétales, peuvent mener ou contribuer à exacerber des dysfonctions cellulaires (possiblement pathologiques) en investiguant leur effet sur certaines voies de signalisation et l’expression de gènes. Les processus d’adaptation (et leurs limites) incluant l’expression de transporteurs, de protéines de stress ainsi que des enzymes de biotransformation sont aussi étudiés. Ces études sont surtout menées, mais pas exclusivement, sur les cellules de l’épithélium intestinale responsables des processus d’absorption et qui peuvent être affectées en présence de nutriments contaminés. Une attention particulière est alors portée aux différences observées en fonction du stade de différenciation entérocytaire.

Développement de biomarqueurs

Dans le cadre de collaborations, nos travaux contribuent également au développement de biomarqueurs d’expositions aux métaux chez diverses espèces sentinelles.

Département des sciences biologiques

Le Département des sciences biologiques de l’UQAM est l’un des départements les plus dynamiques au Canada, profitant d’un des plus haut taux de subventions de recherche. La plupart de ses chercheurs sont regroupés au sein d’équipes de recherche de pointe en écologie, santé environnementale et toxicologie, et biotechnologies.

Coordonnées

Département des sciences biologiques
Local SB-R860
141, Avenue du Président-Kennedy
Montréal (Québec) H2X 1Y4